Detail - 6eme Sens immobilier

L'essor indiscutable des résidences étudiantes

Elles ont le vent en poupe et ce n'est que le début: les résidences étudiantes comptabilisent lors de cette rentrée pas moins de 1 118 bâtiments dédiés, ce qui correspond à environ 140 000 logements. C'est ce qu'affirme le spécialiste d'études Precepta, qui évalue à 180 000 le nombre de places pour ces habitations. 

L'essor de ce marché provient de plusieurs facteurs, notamment celui du phénomène de décohabitation de plus en plus fréquent: les étudiants élisent de plus en plus domicile hors résidence familiale. Aussi, la mobilité intra nationale et l'accueil d'universitaires étrangers représentent une demande dans le secteur des résidences étudiantes, qui n'ont alors de cesse de progresser. L'investissement est en outre attractif: les opérations et placements constituent une rentabilité manifeste. Les dispositifs fiscaux avantageux confortent dans l'idée d'investir sur ce marché.

Et les prévisions du cabinet Precepta ne contredisent pas cette ascension. Bien au contraire: ce dernier prévoit d'ici 2020 1 400 résidences pour étudiants en exploitation, soit 175 000 logements et 228 000 places.

Les futurs projets devraient cibler les académies dont les taux d'équipement (mêlant ceux de résidences étudiantes, de résidences collectives, et le nombre d'étudiants en phase de décohabitation) seraient plutôt hostiles. 

Mais cet objectif de croissance pourrait être altéré par une importante pression à propos du coût du foncier et un renforcement des obligations concernant l'Etablissement Recevant du Public à partir du 1er janvier 2015, et ce pour les opérateurs. Enfin, avec une conjoncture d'augmentation du loyer moyen dont la charge revient à l'étudiant, le tarif de location pourrait accroître et générer une baisse du dynamisme de cette population. 

Toutefois, si l'on tient compte des chiffres actuels, le marché des résidences étudiantes est indiscutablement en pleine expansion.

 

 

 

Article rédigé par Gaëtane Valéry - Société Gkri