Record en 2013 d'abandon ou de gel d'opérations immobilières

La place de marché digitale Immobilier Stock Exchange présente chaque année les baromètres portant sur le logement neuf et l'offre et la demande qui en découlent.

 

C'est ce jeudi que les baromètres annuels ont donc été présentés. On note alors qu'entre 2012 et 2013, le taux d'opérations laissées à l'abandon ou gelées a littéralement battu des records: un taux qui est passé de 30% à 60%. En 2012, 32 686 logements avaient obtenu un permis de construire, et à l'aube 2014, 18 288 de ces logements n'avaient toujours pas rencontré de mises en chantier. Bordeaux est la ville symbolisant le plus ce taux d'opérations laissées en suspens: 74% d'opérations abandonnées en 2013.

Alors qu'en sera-t-il cette année? La conjoncture qui touche le secteur du neuf devient véritablement préoccupante.

 

L'étude montre aussi que, malgré des prix au m² dans le neuf dépassant ceux de l'ancien de 26%, avec les conditions dont bénéficient les ménages dans le neuf, tels que frais de notaire réduits ou encore prêts bonifiés, le pouvoir d'achat dans l'immobilier neuf se rapproche finalement de celui dans l'immobilier ancien.

En revanche, on ne parle pas de mêmes surfaces accessibles en fonction des villes choisies pour investir. En ce qui concerne le neuf, les deux villes où le pouvoir d'achat est supérieur à la moyenne nationale sont Strasbourg et Lyon*. Pour l'ancien, Strasbourg et Rennes offrent un pouvoir d'achat plus fort qu'ailleurs. Enfin Nice est la ville où le pouvoir d'achat immobilier est le plus faible, neuf et ancien confondus.

 

*potentiel d'achat à Lyon de 41,55%

 

 

 

Article rédigé par Gaëtane Valéry (Société Gkri)