Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.
En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte
Actualités de l'immobilier
retour

Lettre ouverte de la FNAIM à Jean-Marc Ayrault

Jean-François Buet, le président de la Fédération nationale de l'immobilier (FNAIM), a adressé une lettre ouverte au Premier Ministre, afin de lui faire part de sa crainte concernant "certaines mesures" inscrites dans la loi Duflot 2 sur le logement.

Il déplore trois de ces mesures qui "iront à l’encontre des intérêts des locataires, des bailleurs et des copropriétaires". 

 

* En premier lieu le sujet des honoraires de location. Le gouvernement souhaiterait ne plus mettre ces honoraires à la charge du locataire. Selon la FNAIM, cette mesure conduirait à une "perte conséquente de chiffre d’affaires,évaluée à hauteur de 400 millions d’euros", ainsi que 80 millions en moins de TVA et la suppression de 10 000 métiers d'agents de location.

 

* Il s'agit aussi de la gestion des comptes de copropriétés. Celle-ci devrait probablement être séparée. Monsieur Buet pense qu'"il eût été plus équitable de renforcer (par) un mécanisme de sécurisation qui rende caduque la discussion passéiste sur la nature du compte".

 

* Enfin le dernier point est très important pour la Fédération: l'organisation de la garantie des loyers. Le gouvernement opterait plus pour une taxation que pour une assurance. Mais le Président de la FNAIM énonce qu'"en matière d'impayés, rendre service au locataire défaillant, c'est avant tout agir viteLa « machine » administrative que l'on nous prépare sera ubuesque ! Comment pourra-t-elle gérer un volume de 6 millions de logements, et de 400 000 sinistres, alors qu'aujourd'hui l'APAGL ne parvient pas à administrer quelque 20 000 sinistres ?" L'idée selon Jean-François Buet serait alors de "mettre en place un référentiel de recouvrement qui, en s’appuyant sur le professionnalisme des intermédiaires, aidera les seuls locataires de bonne foi et réconciliera les bailleurs avec l'investissement immobilier".

 

 

 

Article rédigé par Gaëtane Valéry (Société Gkri)