Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.
En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte
Actualités de l'immobilier
retour

Loyers des logements étudiants: le formidable contraste entre Paris et Lyon

50% des étudiants vivent chez leurs parents, et l'autre moitié loue un appartement. Pour cette catégorie, il est difficile de trouver le logement idéal, avec en cause un marché contracté conduisant à des visites collectives, de l'insalubrité, de la rivalité avec les retraités en recherche d'habitation, et surtout des loyers exorbitants pour des surfaces particulièrement petites. Tout cela en sachant que la moitié du budget des étudiants passe dans leurs loyers. Il s'agit alors pour eux de cibler leur logement en fonction de la courbe des prix selon le quartier.

 

A ce sujet, SeLoger.com a récemment publié une étude comparative des loyers étudiants selon les quartiers et les villes.

 

Concernant Paris, la majorité des universités sont situées dans les beaux quartiers. Pour exemple, près des universités Pierre et Marie Curie ou encore la Sorbonne, un appartement de 20m² se loue aux environs de 800 euros. Pire: aux alentours des universités Descartes, Assas, et Sciences Po Paris, l'accessibilité à un logement reste utopique pour grand nombre d'étudiants, avec des loyers allant jusqu'à 1300 euros pour un deux-pièces de 35 m². 

L'alternative restante est par conséquent de loger dans les arrondissement de la périphérie.

La colocation est l'une des meilleures solution pour contrecarrer ces dépenses importantes. Comme l'énonce Roland Tripart, le Président du Directoire de Groupe SeLoger.com, «Outre, l’avantage financier, co-louer un 3 ou 4 pièces peut aussi être un moyen pour un étudiant de s’approche de son lieu d’enseignement».

 

Si l'on effectue une comparaison entre Paris et Lyon, les étudiants suivant leurs études dans la capitale des Gaules ont de quoi faire envie aux étudiants parisiens.

Il n'y a plus les facteurs de proximité avec les universités où les loyers seraient trop élevés. Bien que l'université Lyon III et l'Université Catholique se positionnent dans des arrondissement coûteux, l'ENS, l'IEP de Lyon ou encore l'Université Lyon II sont dans des arrondissements attracifs en termes de loyers, où un appartement de 30 m² coûte environ 350 euros. Nous sommes alors bien loin des prix des loyers parisiens. Autrement dit, pour le prix d'un loyer parisien de 1300 euros pour 35 m², un étudiant lyonnais pourrait louer 3 appartements à la fois.

 

Cette disparité prouve que les études, en fonction de la position géograpohique, ne sont pas accessibles à tout le monde.

 

 

 

Article rédigé par Gaëtane Valéry (Société Gkri)