Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.
En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte
Actualités de l'immobilier
retour

Loi ALUR: la ministre du Logement remet les choses au clair

Cécile Duflot était l'invitée ce lundi de France Inter, et a répondu sur les allégations concernant ce qu'elle considère être un "faux débat".

 

La locataire du 4 place de l'Europe affirme reconnaître l'investissement très constructif des agents immobiliers dans le cadre de l'élaboration du projet de loi sur le logement et l'urbanisme (ALUR), projet qui sera présenté ce mercredi en Conseil des Ministres.

La ministre de l'Egalité des Territoires et du Logement a par ailleurs certifié que les observatoires des loyers seraient mis en place comme prévu, que le FNAIM le déplore ou pas.

 

Il est vrai que la FNAIM, avec son président Jean-François Buet, s'exprimait vendredi dernier et accusait la ministre d'avoir « jeté l’opprobre sur toute une profession », via l'annonce d'un encadrement plus sévère des agents immobiliers, et ce sans reconnaître la participation de la fédération et de bien d'autres dans l'élaboration du projet de loi ALUR. Madame Duflot s'est alors défendue ce matin: "cela fait un an que j’ai adopté comme principe de base la concertation avec l’ensemble des acteurs, et avec les professionnels de l’immobilierOn se rencontre très régulièrement. Je les ai vus pour la dernière fois il y a moins de dix jours, je sais qu’ils ont été très constructifs."

 

Le président de la FNAIM avait en outre appelé à la suspension de la participation des agents immobiliers à la crétion d'un réseau d'observatoires des loyers, celui-ci préalable à l'encadrement des loyers. Interrogée à ce propos, la ministre a réitéré l'idée que les observatoires des loyers « sont utiles pour tout le monde y compris pour les professionnels », en concluant: "de toute façon, cette transmission d’information, dans la loi, est prévue comme étant obligatoire, donc la question sera réglée".

 

 

 

Article rédigé par Gaëtane Valéry (Société Gkri)