Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.
En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte
Actualités de l'immobilier
retour

Le secteur rural touché par la crise immobilière

Une étude publiée par Terres d'Europe-SCAFR démontre que les ventes dans le secteur de l'immobilier chutent aussi dans le milieu rural. Les maisons, les terres et les résidences à urbaniser connaissent à leur tour une contraction des transactions. 

 

Ainsi les ventes de maisons à la campagne ont chuté de 13% en 2012, avec une baisse des prix de 3,5%.

Pour les parcelles de résidences et de loisirs, ces  « biens de confort achetés pour agrandir notamment le périmètre privé autour de sa résidence », la diminution est de 4,8%, avec une des prix en recul de 18%.

Les forêts semblent être épargnées par cette crise, et conservent un statut de « valeur refuge et fiscale ».

 

Cela nous amène à nous pencher sur les secteurs ayant résisté à ce choc immobilier et économique dans le monde rural: les grandes cultures et les vignobles.

En ce qui concerne les grandes cultures, «les terres et prés libres affichent des prix en hausse de 3,2 %, à 6 560 euros l’hectare », et les valeurs foncières sont appuyées par une « demande mondiale en biomasse végétale, les cours élevés et les bonnes récoltes dans l’hexagone ».

Pour les vignobles, et plus particulièrement les vignobles haut de gamme, ils se vendent toujours  « à prix d’or »: « la hausse atteint 21,5 % en 2012 pour l’hectare en Champagne ».

 

 

 

Article rédigé par Gaëtane Valéry (Société Gkri)